Dépasser la course à l’accélération : vive le marketing du sens !

Je commande un Uber, il arrive dans les 5 minutes !

Je commande à manger, mon repas est livré dans les 20 à 30 minutes…. Si c’est plus, je change de restaurateur !

Je commande un livre, je le reçois dans la soirée même… mais si c’est plus…. je change de livre ou de distributeur.

Notre rapport au temps a profondément changé depuis quelques années, et l’avènement du numérique y est responsable en grande partie. Les marques, ont petit à petit imposé de nouveaux standards temporels nous laissant plus de temps…. un temps « vide »… et la Nature a horreur du vide ! Les stratégies de marque l’ont bien compris et se sont positionnées à l’origine sur le fait que plus vite un client serait satisfait, plus vite il le ferait savoir, moins il irait à la concurrence et plus il re – consommerait rapidement. Plus de temps et de confort donc, mais plus d’impatience aussi dans nos comportements d’achat.

Mais à nous maintenir dans une effervescence perpétuelle de consommation, les marques nous auraient elles perdus avec leur stratégie du « trop » ?

Car nous, la génération Y, nous attachons une importance particulière à notre rapport au temps. Notre temps libre… ce que nous a fait gagner le numérique dans maints et maints domaines nous le prenons comme un acquis !

Jamais sans notre smartphone, nous tuons la moindre « perte de temps » : un colis à déposer à la Poste, des courses à faire en magasin, un billet de train à réserver, un taxi à réserver…Nous traquons la moindre seconde! Et cela ne fait pas de nous des psychopathes de la montre, mais plus des bons gestionnaires de notre temps libre !

Et à croire que tout cela a redonné un sens à notre consommation aussi, slow food, slow cosmetic, slow tourism… autant de secteurs « slow »de l’économie qui portent l’idée de consommer sain en prenant le temps de choisir ses produits selon une éthique responsable et durable. Là tout le paradoxe de notre société, au fur et à mesure que le temps économique s’accélère, une prise de conscience se fait au niveau du temps et du sens apporté à la consommation.

Les marques doivent prendre en compte cette nouvelle tendance de fond, qui ne concerne plus que les générations Y. Et d’ailleurs, je connais des soixantenaires et plus que je mettrais bien dans la catégorie Y plutôt que Baby boomer !

Comment réinventer alors la manière de communiquer auprès des clients, tel est l’enjeu du moment. Le fameux « parler au client au bon moment avec le bon message selon son bon segment », serait-il à remettre en cause?

Car l’effet séduction des marques ne prend plus sur ces nouveaux consommateurs, nous souhaitons être maitres des communications qui nous sont faites, et surtout qu’elles répondent à des valeurs éthiques, responsables et humaines que nous partageons.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s